Logo PODEV-IN Bienvenue dans PODEV-IN

PODEV-IN vous promène intelligemment dans les secrets statistiques démographiques et économiques de l′Afrique

Logo PODEV-IN




L′avenir de la migration (rôle de l′Afrique)

Quelques pistes de réflexion

La migration va encore nécessiter beaucoup de recherches pour saisir toutes ses dimensions essentiellement évolutives. Du fait des mutations non toujours prévisibles dans ce phénomène, il restera encore longtemps conjoncturel, les projections et perspectives en la matière étant des moins précises, avec des modèles difficiles à établir. Migrations de travail, scolaire, liée aux catastrophes diverses, réfugiés etc. doivent être reconsidérées en fonction du contexte, des motivations dans l′espace mondialisé et les changements de comportement à la fois dans les pays de départ et des dans les pays d′arrivée…

Une question à considérer par exemple est celle des mariages interraciaux. Mêmes certains parents africains qui exigent que les enfants se marient exclusivement avec les personnes de la même ethnie finalement approuvent les mariages interraciaux. Cette évolution vient après celle portant sur l′exigence des jeunes formés à l′étranger de rentrer au pays natal, exigence formulée autrefois à la fois par les pouvoirs publics (contribution au développement national) et les parents (nécessité de voir leurs enfants auprès d′eux). De nombreux parents aujourd′hui non seulement ne sont pas offusqués à l′idée que leurs enfants d′installent après leurs études à l′étranger, mais certains les encouragent à le faire pour espérer de meilleures retombées grâce aux revenus plus alléchants espérés à l′extérieur. Dans la même lancée, les horizons de migrations s′élargissent avec des conditions de déplacement variables en fonction des pays, des motifs, etc..

Plusieurs programmes internationaux travaillent sur la migration en général. Mais l′accent doit être mis sur le cas des pays africains pauvres, victimes de la mauvaise gouvernance et s′une démocratie qui ne laisse pas vraiment place à tous les droits de l′Homme, avec une grande jeunesse pas toujours bien formée, sans avenir clair et ouvert aux attraits parfois trompeurs de l′eldorado qui prévaudrait à l′étranger et alors prêts à tout sacrifier (y compris leur vie) pour y accéder. Pour les migrants diplômés et bien formés, certains, en fonction de leurs profils sont même recherchés et de ce fait se déplacent en toute légalité.

Ainsi, la migration africaine ne se satisfera pas de quelques volumes (migrants par destination, retombées financières dans les pays de départ), mais exigera davantage de recherches pour maîtriser le phénomène dans l′avenir. Les Nations Unies dans le nouveau programme de développement ont déjà pensé intégrer la migration comme un des objectifs du développement durable (post-2015).

Les recherches en cours

Plusieurs institutions ont leur centre d′intérêt axé sur la migration. À titre illustratif, vous pouvez consulter GCIM dont les préoccupations de recherche sont portées par huit projets d′étendue générale, mais mettant en exergue l′aspect genre. Ces projets examinent un ensemble de situations, problèmes et dilemmes autour de la migration internationale ; puis évaluent les projets en cours, en suggérant des politiques alternatives en tant de besoin.

Vous y trouverez en particulier les détails sur les huit thèmes de recherche suivants :

  • Premier projet thématique : Les migrants sur le marché global du travail ;
  • Second projet thématique : Migration internationale, croissance économique, développement et réduction de la pauvreté ;
  • Troisième projet thématique : Migration illégale, sécurité de l′État et sécurité humaine ;
  • Quatrième projet thématique : Les migrants dans la société : diversité et cohésion ;
  • Cinquième projet thématique : Migration internationale et droits humains ;
  • Sixième projet thématique : Migration internationale et santé ;
  • Septième projet thématique : Plan légal et normatif pour la migration internationale ;
  • Huitième projet thématique : Gouvernance de la migration internationale : procédures, mécanisme et institutions.

Les études régionales incluent les régions (en partie ou totalement) africaines suivantes : Sud de l′Afrique, Afrique de l′Ouest et, Méditerranée et Moyen Orient. La question difficile des perspectives migratoires figure aussi en bonne place dans les recherches en cours.

Il y a aussi l′ICMPD (International Centre for Migration Policy Development), une ONG œuvrant dans les domaines liés à la migration, fondée en 1993. Initialement préoccupée par l′Europe, ses activités aujourd′hui s′étendent sur pratiquement le monde entier et donc l′Afrique aussi. Elle fournit à ses partenaires connaissance approfondie et expérience sur la migration à travers trois piliers principaux que sont la recherche, le renforcement des capacités et dialogue sur les questions migratoires. Ces connaissances et expérience portent essentiellement sur les sujets suivants : migration illégale et de retour, trafic humain, gestion des frontières et la question des visas, asile, migration et développement, et migration illégale et intégration. Son site est ICMPD et son siège est à Vienne.

L′Office International des Migration quant à lui rassemble au mieux les informations sur les migrants internationaux, se servant plus de la base des données de la Banque Mondiale. Un logiciel adapté fournit de façon interactive sur un graphique les migrants d′un pays donné par origine (migrants y vivant ou migrants y entrant). Évidemment, c′est assez schématique et les pays d′origine ne sont considérés que lorsque les migrants qui y sont issus atteignent un certain seuil… Vous pouvez le visualiser en allant sur son site Migrants selon IOM. En septembre 2014, les données utilisées sont encore celles de 2010.




Retour au sommaire sur le Cameroun ou Retour au menu Migration africaine