Population et Développement en Afrique : Indicateurs essentiels (Comprendre les évolutions en cours)
Logo PODEV-IN Bienvenue sur PODEV-IN

La révolution des données : l′Afrique doit s′en saisir pour accélérer son développement socioéconomique !




Population et Développement en Afrique : Indicateurs essentiels (Comprendre les évolutions en cours) Afrique L′avenir de la population mondiale sera très tributaire de la démographie africaine !
Cette croissance aujourd′hui est encore assez significative et peut être visualisée en temps réel. Mais attention : il ne s′agit ici que d′une illustration à travers des données qui comprennent une certaine marge d′erreurs somme toute acceptable ! Pour voir, cliquez ici.
  
Principales rubriques Forces réelles et potentielles de la population africaine Principales sources d‘information sur la démographie africaine

Questions démographiques du moment

Plus de 7 milliards d‘humains à gérer

Nouvelles formes migratoires

La fécondité baisse-t-elle vraiment en Afrique ?

Vieillissement de la population africaine :
est-ce pour bientôt?

Dernières brèves

La révolution des données : les outils d’analyse

Recensements de la décennie 2010 en Afrique

Les dernières EDS en Afrique

Atouts démographiques du continent

Sa jeunesse

Elle est la plus jeune de la planète et peut constituer dans certaines conditions un atout majeur à son développement. Cette jeunesse, jointe au fait que la mortalité ne baisse pas assez (les plus de ans demeurent en proportion faibles), confèrent  l’Afrique une grande opportunité pour son développement, si tout est mis en œuvre pour y arriver. Il s’agit en effet ici d’une situation déjà vécu notamment dans le Sud-est asiatique et à l’issue de laquelle on a connu un véritable miracle économique. En effet, les 15-64 ans qui sont les masses travailleuses (du moins potentiellement), en dépassant les personnes à charge (moins de 15 ans plus de 65 ans), offrent un dividende démographique favorable à un mieux-être socioéconomique.

La fécondité, même dans ce contexte demeure haute, et les diverses épidémies et pandémies dont le VIH/SIDA n’ont pas significativement aggravé la mortalité, à quelques rares exceptions près. Il y a donc une réelle dynamique démographique qui peut être exploitée favorablement pour atteindre un mieux-être des peuples africains.

Comme on ne peut pas parler population sans indiquer les conditions de son émergence, voici que quelques points majeurs pour l’espoir de l’Afrique :

Des ressources importantes

• Les ressources agricoles importantes, pouvant jusqu’ici se passer des OGM, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires.
• Les ressources énergétiques et minières, bien qu’encore souvent désignés comme des scandales vue leur mauvaise utilisation et parfois les conflits qu’elles génèrent.
En effet, le sous-sol africain regorge de minerais et de ressources énergétiques. Néanmoins, ces matières premières, qui suscitent plus que jamais des convoitises internationales, ne profitent que peu aux pays africains. À cette situation s’ajoute la difficulté du transport de ces richesses, en raison d’un continent morcelé et de l’enclavement de nombreux états sans aucun débouché maritime (si important pour les échanges avec l’extérieur). Les voies de communication (routes terrestres, chemins de fer, voies aériennes, navigation fleuviale) sont largement insuffisantes (en quantité et en qualité) pour assurer des liaisons rapides entre Etats, mais aussi faciliter le développement régional/national. D'énormes possibilités de développement existent donc dans ce secteur, c′est pourquoi, il peut être considéré comme un atout !

Un continent de plus en plus ouvert

• L′intensification des flux d′IDE (Investisseurs directs étrangers), souvent français et américains, récemment chinois, indiens, brésiliens, voire des pays du golfe (acquisition des terres agricoles ou exploitation des matières premières).
• L′impact du fait migratoire
L′ouverture de l′Afrique est aussi accélérée par l′importance des diasporas africaines dans le monde, notamment en Europe. Aux migrants économiques s′ajoute le « brain drain » des jeunes diplômés. Les transferts financiers de ces diasporas sont parfois la première source de capitaux dans certains pays comme le Sénégal ou le Mali.

• De nouvelles dynamiques
Les Africains eux-mêmes sont des acteurs de cette ouverture, comme en témoigne l′importante croissance des réseaux internet et de téléphonie mobile. Ils entrent en jeu dans l′affirmation de la citoyenneté en Afrique. On a ainsi pu juger de l′importance des réseaux sociaux dans les révolutions égyptienne ou tunisienne de 2011. Malgré cela, l′Afrique reste encore très marginale dans le commerce mondial des produits manufacturés, ne représentant que 7 % du total.

 

• Une plus grande intégration aux réseaux mondiaux
Globalement, l′intégration de l′Afrique aux flux de la mondialisation tend à s′accroître, stimulée par l′émergence d′une classe aisée et moyenne dans les grandes villes.

Les questions régionales se posent de façon différenciée

Les nombreux états du continent sont également sources de multiples problèmes (conflits frontaliers ou inter-états, confrontations ethniques, religieuses…) qui inhibent son développement rapide et créent des séries de populations déplacées (réfugiés, exilés, migrants économiques ou écologiques, etc.) qui ne sont pas aisées à différencier pour une bonne mise en œuvre d’une politique migratoire.

Le développement d'un pays combine entre eux plusieurs facteurs, à la fois économiques, démographiques et politiques. Or, si l'Afrique dispose d'un vaste territoire, qui présente des difficultés dans sa mise en valeur, notamment en raison de la non maîtrise de la technologie adaptée et de l’insuffisance des ressources financières (mais il vaut mieux plutôt parler de la malgouvernance et de l’absence d’une bonne vision de la part des dirigeants). L’absence de vision a fait que la plupart des Etats africains sont restés avec le modèle colonial de développement, les indépendances acquises ne les ayant pas affranchis de l’extraversion de leurs économies, voire même de leur gestion politique.

Sur le chemin de l’émergence, on a en bonne place :
  1. L′Afrique du Nord ouverte vers la Méditerranée, et donc vers l′Europe et le Moyen-Orient. Elle met sur la balance soit ses hydrocarbures (Libye, Algérie), soit ses produits agricoles (Maroc), soit son tourisme (Égypte, Tunisie, Maroc). C′est aussi un espace de délocalisation industrielle pour les pays du Nord.
  2. L′Afrique du Sud, membre du BRICS, est la principale économie du continent et s’appuie sur son industrie, liée aux richesses minières, bien qu’avec un poids limité au plan international.
Des économies régionales diversifiées :

De nombreux pays comptent sur l’exportation des matières premières. Une telle rente doit absolument évoluer vers l’industrialisation pour assurer un développement durable et plus profitable aux producteurs (agriculture, pétrole, etc.).

Quant au tourisme sur lequel s’appuient plusieurs pays (Sénégal, Kenya, Tanzanie), il reste limité par de fortes contraintes, seuls quelques pays émergents ayant le potentiel pour véritablement en bénéficier. Les questions sécuritaires, assez difficles à prévoir, constituent çà et là sur le continent des freins importants au déplacement et au séjour des étrangers.




Flash Infos

Demography: the scientific study of population

In its simplest definition, demography is the scientific study of human populations. According to Landry (1945),
the term, demography, was first used by the Belgian statistician, Achille Guillard, in his 1855 publication:
Éléments de statistique humaine, ou démographie comparée. However, John Graunt′s Natural and Political
Observations Mentioned in a Following Index, and Made Upon the Bills of Mortality, published in 1662 in London,
is generally acknowledged to be the first published study in the field of demography.