Logo PODEV-IN Bienvenue sur PODEV-IN

La révolution des données : l′Afrique doit s′en saisir pour accélérer son développement socioéconomique !






La croissance démographique africaine constatée est-elle soutenue par un développement économique à la mesure des attentes et quelles en sont les conséquences ?


Le développement est un processus dynamique. Dans ce sens et quelque soit le contenu donné au concept (économique, social, humain, etc.), un pays évolue logiquement d′un état moins favorable vers un autre plus favorable au point qu′à un certain moment, il remplit les critères pour être classé comme développé (bien évidemment s′il évolue en sens inverse, c′est l′effet contraire qui se produit).

Pour qualifier les pays en-deçà d′un bon niveau de développement, les terminologies ont évolué : pays du tiers monde, pays sous-développés, pays en développement, pays du Sud. La liste n′est pas exhaustive et des sous catégories sont créées à l′intérieur de ces groupes existants, à l′instar des pays les moins avancés. (Visitez les sites web du FMI, de l′UNDP, de la CNUCED, etc. pour apprécier certains détails).
Les mises à jour sont ainsi fréquentes dans ′World Economic Outlook Report ′ du FMI et les différents rapports de la Banque Mondiale sans qu′il y ait uniformité dans les appréciations. Les pays comme ′Antigua et Barbuda′, Bahamas, Barbados, Brunei, Guinée Equatoriale, Trinidad et Tobago ainsi que les états arabes du Golfe Persique sont encore en développement selon le FMI, mais sont développés selon la Banque Mondiale. En outre, d′un côté, une attention particulière est portée aux pays dits émergents avec un rythme de développement très significatif les poussant vers de bonnes conditions de vie des populations (Brésil, Hongrie, Malaysie, Mexico, Pologne, Afrique du Sud, Taiwan et Turkie) et, de l′autre, on a des pays qui au contraire régressent économiquement et socialement (Congo (RDC), Afghanistan et Somalie ruinés par les guerres et/ou la mauvaise gouvernance, mais aussi Corée du Nord, Myanmar et Zimbabwe dont la politique gouvernementale ne conduit pas au développement).

L′appréciation de l′évolution de la population de l′Afrique par rapport à ce qui est convenu d′appeler pays moins avancés dans le monde doit donc se faire en prenant quelques précautions. Enfin, d′autres sujets d′étude ne manquent pas, à l′instar de l′apport des Africains dans la croissance démographique des autres régions du monde !